Biodiv'Ecrins, l'atlas de la flore et de la faune du Parc national des Ecrins

Le Parc national recueille des données faune et flore sur son territoire depuis plus de 40 ans. Celles-ci sont utilisées pour mieux connaître la biodiversité, suivre les évolutions de certaines espèces fragiles ou patrimoniales… Car agir intelligemment pour la sauvegarde de ce patrimoine naturel requiert de le connaître et le comprendre.

Biodiv'Ecrins met à votre disposition l'ensemble des données collectées par le Parc national des Écrins depuis sa création en 1973.

Chaque jour, ses agents font des observations dans le cadre de leurs missions avec un véritable souci d'enrichissement des connaissances sur la biodiversité alpine. Elles sont affichées en temps réel sur cet atlas. Vous pouvez ainsi suivre l'état des connaissances sur ce territoire.

Inauguration de Biodiv'Ecrins le 29 novembre 2016 lors de la conférence de presse organisée par le Ministère de l'Environnement, au Musée national d'histoire naturelle (MNHN) à Paris.

Ce rendez-vous est associé à la publication du premier décret d'application de la loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages qui, dans son article 7, renforce la politique nationale en matière d'inventaire du patrimoine naturel et d'ouverture des données.

Lire l'article sur l'inauguration sur le site internet du Parc national des Ecrins
Lire l'article de présentation de Biodiv'Ecrins sur le site internet du Parc national des Ecrins
Télécharger le communiqué de presse
Télécharger la présentation
Télécharger les photos



Biodiv'Ecrins présenté au journal 12/13 national de France 3 - 30 novembre 2016

Generic placeholder image

Fiches espèces

Retrouvez la fiche de chaque espèce avec leur carte des observations, leur répartition altitudinale et mensuelle, ainsi que des descriptions, photos, vidéos, audios et liens complémentaires

Exemple »

Generic placeholder image

Fiches communes

Découvrez les espèces observées sur chaque commune du parc national et affichez leurs observations sur la carte de la commune.

Exemple »

Generic placeholder image

Galerie photos

Découvrez les photographies des différentes espèces, réalisées principalement par les agents du Parc national lors de leurs missions sur le terrain.

Parcourir »


Faune sauvage.
Grandes et petites bêtes.

A quelques surprises près toujours possibles, la faune des vertébrés est aujourd'hui bien identifiée dans le Parc national des Écrins. Il s'agit des mammifères, oiseaux, reptiles et amphibiens.

Il n'en va pas de même pour la faune des invertébrés. Il s'agit de ces étranges petites bêtes que sont les insectes, les escargots, les millepattes ou encore les araignées, coléoptères et écrevisses... Une quantité d'espèces aussi impressionnante que pleine de promesses scientifiques.

« La base de données du Parc national n'est pas un inventaire. Elle rassemble des informations collectées dans le cadre de différents protocoles scientifiques avec des objectifs différents. De fait, le nombre important d'observations de bouquetins ne veut pas dire qu'il s'agit de l'espèce la plus présente dans le massif mais bien d'une espèces très suivie, notamment dans le cadre des réintroductions ! »

- Ludovic Imberdis, chargé de mission « faune » au Parc national des Écrins

Pour en savoir plus : http://www.ecrins-parcnational.fr/thematique/faune-sauvage.


Flore sauvage.
Des espèces à tous les étages.

Plus de 2000 espèces de plantes sont présentées dans cet atlas. Si l'inventaire du monde végétal se poursuit dans les Écrins, le Parc national assure également le suivi d'espèces emblématiques (comme le chardon bleu et le sabot de Vénus) et participe à de nombreux programmes de recherche sur les milieux et espèces naturels de haute altitude. 

Certaines plantes présentent des histoires de vie remarquables, allant des héritières de pratiques agricoles anciennes (prairies de fauche, cultures extensives de céréales) aux exploratrices de la haute montagne.

« L'immense intérêt d'un atlas en ligne est de partager et faire vivre une connaissance exceptionnelle du monde sauvage présent dans les Ecrins.
Un tel outil redonne corps au terme parfois éculé de "biodiversité", décrivant et illustrant avec élégance la foisonnante diversité des espèces observées et étudiées. »

- Cédric Dentant, botaniste, chargé de mission flore et milieux au Parc national des Écrins

Pour en savoir plus : http://www.ecrins-parcnational.fr/thematique/flore.


Une stratégie scientifique.
Pour la connaissance et la protection.

La préservation des espèces, des habitats et des ressources naturelles s'appuie sur le recueil d'observations, le façonnage des connaissances et la contribution à la recherche scientifique.

Quelles espèces fréquentent le massif, comment elles interagissent, comment évoluent leurs populations, ou encore quelles sont les conséquences sur ces espèces des activités humaines du territoire ? C'est pour répondre à ce type de questions que différents protocoles scientifiques sont mis en œuvre. Un grand nombre des observations brutes liées à ces protocoles sont synthétisées dans cet atlas.

La richesse de la faune et de la flore des Écrins tient à la diversité des influences climatiques, géologiques, à l'amplitude altitudinale – s'échelonnant d'environ 800 m à 4102 m –, et aux différents modelés des reliefs du massif. Ainsi, le campagnol provençal et le lézard ocellé, espèces méridionales, sont présents dans le territoire des Ecrins au même titre que le campagnol des neiges et le lagopède alpin, relictes des dernières glaciations. La diversité des conditions écologiques convient à nombre de plantes, allant du robuste mélèze des pentes abruptes à la microscopique chlamydomonas des névés !

Pour conserver ce patrimoine naturel d'exception, à l'origine de la création du Parc national, il convient de bien le connaître. Les différents programmes d'inventaire, de suivi ou d'études engagés sur le territoire poursuivent tous cet objectif.

Pour en savoir plus, voir l'action du Parc national en termes de faune et de flore :
http://www.ecrins-parcnational.fr/thematique/faune-sauvage
http://www.ecrins-parcnational.fr/thematique/flore


GeoNature-atlas.
Dans la constellation de l'open source.

Biodiv'Ecrins utilise l'outil GeoNature-atlas développé par le Parc national des Écrins et publié sous licence libre. Il est ainsi transférable librement à d'autres structures qui souhaitent partager leurs observations naturalistes en se basant sur les référentiels nationaux de l'INPN.

Téléchargez la fiche de présentation de GeoNature-atlas pour en savoir plus.

Il fait partie d'un ensemble d'outils développé par le Parc national et ses partenaires, pour pouvoir saisir, gérer et traiter les données des différents protocoles (http://geonature.fr).

« Nos outils sont pensés, dès le départ, pour pouvoir être déployés par d’autres structures dans des contextes différents. Pour cela, l’accent est mis sur des développements génériques et sur la publication de l’outil sous licence libre pour en faciliter l’utilisation par d’autres ».

- Camille Monchicourt, responsable du système d’informations au Parc national des Ecrins

En effet le Parc national des Ecrins a entrepris depuis une dizaine d'années, de migrer son système d'informations vers des outils open source.
Les logiciels libres (dont le code source est ouvert, accessible et modifiable par qui le souhaite) permettent une plus grande modularité et interopérabilité des outils et des données, en plus de faciliter la mutualisation et de réduire les coûts liés aux licences.

C'est pourquoi le parc national a aussi souhaité que les outils qu'il développe pour ses propres besoins soient eux-aussi publiés sous licence libre.
En 2011, le Parc national des Ecrins a conçu et publié sous licence libre l'application Geotrek pour gérer et valoriser les sentiers. Elle est aujourd'hui utilisée par une quarantaine de structures en France qui l'ont faite évoluer à leur tour, entrainant ainsi d'importantes mutualisations des ressources publiques.
Pour en savoir plus, lire "Geotrek, l’avènement d'une communauté d'utilisateurs".

* Un logiciel Open source est un programme informatique dont le code source est distribué sous une licence dite « libre », permettant à quiconque de lire, modifier ou redistribuer ce logiciel.


Réseaux d'observateurs.
Faisceaux de connaissances.

Le Parc national fait partie d'un réseau de collecte de données naturalistes. Il contribue ainsi à enrichir des bases de données thématiques mises à disposition tant des spécialistes que du public.

En multipliant les conventions d'échanges, le Parc national valorise et élargit l'utilisation des données acquises par ses agents.

Selon les sites internet, il est possible de CONSULTER les informations, de TÉLÉCHARGER des synthèses voire de PARTICIPER aux observations.

Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN)

Sur le site consacré à l'INPN (Muséum national d'histoire naturelle), on retrouve plus de 300 000 données sur la faune du Parc national des Écrins parmi les 30 millions collectées sur l'ensemble du territoire national et agglomérées dans cet inventaire national.
Le Muséum national utilise ces informations pour réaliser des synthèses aux échelles nationales et internationales.
Cette démarche permet d'inscrire les enjeux environnementaux dans les politiques nationales et européennes.

Pour en savoir plus, lire Les observations du Parc national sont en ligne.

Pour télécharger des données organisées

SILENE PACA

Silene, plate-forme SINP (Système d'information sur la nature et les paysages), est le portail de données de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.
Sur ce site qui permet de saisir et de consulter une masse de données très importante, des synthèses des patrimoines flore et faune de la région par commune et par maille sont disponibles.

Voir aussi l'homologue pour la région Rhône-Alpes: Le pôle d'information flore et habitats (PIFH).

Conservatoire botanique national alpin (CBNA)

Le site du Conservatoire botanique national alpin offre pour toute son aire d'agrément (Alpes et Ain : 04-05-01) les données relatives à la flore et aux habitats. Le Parc en est un contributeur important.

Voir aussi le SI Flore national et Tela Botanica.

Pour participer !

Chacun peut, s'il le souhaite, devenir contributeur en transmettant ses observations de mammifères, mais aussi d'autres espèces, sur différentes plateformes naturalistes et notamment, pour les Écrins, sur les deux sites participatifs de la LPO.
faune-paca.org et faune-isere.org

C'est aussi une façon de compléter les connaissances du Parc national puisqu'il existe une convention d'échanges de données avec la LPO.
C'est également le cas avec avec le Groupe chiroptères de Provence.

Pour la flore, un atlas en ligne pour le département des Hautes-Alpes accueille également les contributions : bdflore05.org. De même que pour la faune, une convention a été engagée et vit activement pour régulièrement échanger les données d'observation.
Côté Isère, l'association Gentiana anime un inventaire permanent de la flore du département : gentiana.org.