Cerf élaphe

Cervus elaphus Linnaeus, 1758

Classe : Mammalia Ordre : Cetartiodactyla Famille : Cervidae Genre : Cervus

  • 502
    observations

  • 44
    communes

  • 76
    observateurs

  • Première observation
    1982

  • Dernière observation
    2018
Albert Christophe - Argentier Denis - Baisset Caroline - Baisset Marcel - Barbe Fanny - Bazoge Claire - Benyoub Abdelbaki - Bergeon Jean-pierre - Bernard Pierre - Bertini Christian - Bertrand Nicolas - Boccon-gebeaud Camille - Bouche Michel - Bouvier Martial - Brahimi Miloud - Briotet Daniel - Bulle Tommy - Chaud Marcel - Chevalier Robert - Combrisson Damien - Corail Marc - Coulon Mireille - Couloumy Christian - Coursier Cyril - Delenatte Blandine - Dova Emmanuelle - Dumas Pierre - Dupuis Etienne - Durix Sylvie - Faure Joël - Fiat Denis - Filosa Céline - Foret Jérôme - Fougeray Daniel - Franceschi Virginie - Girardon Christophe - Givaudan Roland - Gonsolin Gabriel - Goulet Frédéric - Guidetti Georgette - Imberdis Ludovic - Jendoubi Samy - Jordana Régis - Juge Joseph - Labbe Pascal - Lefrançois Olivier - Lombard Jean-françois - Magnolon Séverine - Maillet Thierry - Martin Jean-paul - Merhan Baptiste - Metzinger Marine - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Nobili Vincent - Ollieu Eric - Papet Rodolphe - Pascal Rémy - Paulet Nils - Peyron Joseph - Pin Jeremie - Puissant Joël - Quellier Hélène - Reynaud Jean Paul - Robin Pierre - Roche Daniel - Rouit André - Sagot Clotilde - Telmon Jean-philippe - Thomas Bernard - Vannard Eric - Vanneck Angeline - Varreau Hervé - Verkindt Henri - Vincent Dominique - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

Le cerf élaphe est le plus grand des cervidés européens, pouvant dépassé 150 cm au garrot. Le mâle porte des bois grands, caducs et qui augmentent en taille au fil des années. La femelle ne porte pas de bois. Le rut a lieu au tout début de l’automne, le mâle se manifeste par ses brames impressionnants. La gestation est d'environ 8 mois et les premiers faons sont observés en mai-juin. Le cerf élaphe peut être chassé.
En montagne, il arrive qu’on le rencontre jusqu’à 2500 m d'altitude dans les landes et pelouses bien au-delà de la limite supérieure des forêts.
Bords de chemins, de routes et de voies ferrées | Champs labourés | Forêts d'adret | Forêts d'altitude et zone de combat | Forêts d'ubac | Forêts de chênes blancs et de pins sylvestres | Forêts de ravin | Forêts postpionnières | Fourrés de saules et d'aulnes | Friches et broussailles | Haies et talus | Hêtraie-sapinière | Landes montagnardes et subalpines | Lisières et clairières | Tourbières | Mélèzins | Parcs et jardins | Pelouses alpines et subalpines | Pelouses sèches montagnardes | Pessières | Prairies de fauche | Ripisylves | Rives de sable et galets | Sols des milieux ouverts | Sources, suintements et mouillères
Européenne occidentale
Cervus albicus Matschie, 1907 | Cervus albifrons Reichenbach, 1845 | Cervus albus Desmarest, 1822 | Cervus atlanticus Lönnberg, 1906 | Cervus balticus Matschie, 1907 | Cervus elaphus brauneri Charlemagne, 1920 | Cervus elaphus carpathicus Tatarinov, 1956 | Cervus elaphus elaphus Linnaeus, 1758 | Cervus elaphus tauricus Fortunatov, 1925 | Cervus germanicus Desmarest, 1822 | Cervus hippelaphus Erxleben, 1777 | Cervus hispanicus Hilzheimer, 1909 | Cervus mediterraneus de Blainville, 1822 | Cervus minor Wagner, 1855 | Cervus montanus Botezat, 1903 | Cervus neglectus Matschie, 1912 | Cervus rhenanus Matschie, 1907 | Cervus saxonicus Matschie, 1912 | Cervus scoticus Lönnberg, 1906 | Cervus typicus Lydekker, 1898 | Cervus varius Fitzinger, 1874 | Cervus vulgaris Botezat, 1903

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles