Paon-du-jour (Le)

Aglais io (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Lepidoptera Famille : Nymphalidae Sous-Famille : Nymphalinae Tribu : Nymphalini Genre : Aglais

  • 241
    observations

  • 38
    communes

  • 53
    observateurs

  • Première observation
    1963

  • Dernière observation
    2020
Albert Christophe - Argentier Bruno - Benyoub Abdelbaki - Bertrand Nicolas - Blanchemain Joël - Brugot Didier - Brugot Rémi - Bulle Tommy - Caron Matthieu - Chastin Alain - Chauliac André - Corail Marc - Cortot Hervé - Coulombier Justine - Coulon Mireille - Coursier Cyril - Deluermoz Gil - Digier Marion - Durix Sylvie - Evesque Carole - Evin Emmanuel - Foret Jérome - Foret Jérôme - Fougeray Daniel - Giraud Fanny - Guiral Gilles - Icardo Emmanuel - Imberdis Ludovic - Inconnu Inconnu - Inconnu Parc National Des Ecrins - Jendoubi Samy - Jordana Régis - Lelievre Thierry - Magnolon Séverine - Maillard Donovan - Marie Alain - Maurel Nicolas - Meeus Guido - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Nobili Vincent - Ollieu Eric - Papet Rodolphe - Payan Clément - Pin Jérémie - Puissant Joël - Sagot Clotilde - Savourey Michel - Thibert Emmanuel - Turban Amandine - Varreau Hervé - Vincent Dominique - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

Ce papillon de jour très populaire se reconnaît facilement à ses quatre grandes taches en « œil de paon », une sur chaque aile. Le dessus brun rouge contraste avec le dessous noir.. S’observant dès février-mars, il est commun partout et se satisfait de nombreux milieux pourvu que l’on y trouve des orties qui verront grandir les chenilles. Les chrysalides, quant à elles, adaptent leur couleur à leur support  : c'est l’homochromie.
Le paon du jour hiverne à l’état adulte dans notre région. Il se cache en hiver dans des abris comme des cavités d’arbres ou de rochers ou encore des bâtiments. Cette diapause hivernale est provoquée par les températures basses. Dès les beaux jours, vers février-mars, il prend de nouveau son envol à la recherche de plantes nourricières et d'un(e) partenaire pour se reproduire. En cas de température clémente en plein hiver, il peut se réveiller momentanément pour un court vol. Plus l’altitude est élevée, plus son réveil est tardif. Et plus le territoire où il vit est froid, plus le papillon est sombre ! C'est également l’altitude qui déterminera le nombre de générations par an, de une à trois.
Bords de chemins, de routes et de voies ferrées | Friches et broussailles | Haies et talus | Lisières et clairières | Parcs et jardins | Ripisylves | Vergers et vignes
Eurasiatique
Inachis io (Linnaeus, 1758) | Nymphalis io (Linnaeus, 1758) | Papilio io Linnaeus, 1758 | Papilio ioides Ochsenheimer, 1807 | Vanessa io (Linnaeus, 1758) | Vanessa io ioides (Ochsenheimer, 1807) | Vanessa jo (Linnaeus, 1758)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles