Sphinx de l'Euphorbe (Le)

Hyles euphorbiae (Linnaeus, 1758)

Classe : Insecta Ordre : Lepidoptera Famille : Sphingidae Sous-Famille : Macroglossinae Tribu : Macroglossini Genre : Hyles

  • 72
    observations

  • 21
    communes

  • 42
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2022
1743 - 1951 - 2162 - 2351 - 2538 - Albert Christophe - Baillet Yann - Bello Anne - Bertrand Nicolas - Bouche Michel - Brahim Julia - Cestre-lambert Galanne - Charron Julien - Combrisson Damien - Corail Marc - Cortot Hervé - Coursier Cyril - Courtois Jean-marie - Delenatte Blandine - Drouet Eric - Dupuis Etienne - Fougeray Daniel - Garnier Manon - Girardon Christophe - Giraud Fanny - Goulet Frédéric - Huchon Florence - Jehl Clementine - Jendoubi Samy - Jérome Forêt - Lecuyer Clément - Luquet Gérard-christian - Marie Alain - Maurel Nicolas - Mothiron Phillippe - Nicolas Marie-geneviève - Paulet Nils - Planchot Romain - Savourey Michel - Telmon Jean-philippe - Varreau Hervé - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

Le sphinx de l'Euphorbe est un gros papillon d'une envergure de 7 cm actif de nuit mais pouvant voler à la tombée du jour. Il est coloré de gris brun olive. Ses ailes antérieures présentent des taches sombres de même couleur que le thorax, lequel est bordé de deux rangées de poils blancs. Qu'il les déploie et il laisse apparaître les ailes postérieures bien colorées de rose.
Plus que l'adulte, on peut souvent observer sa chenille sur les euphorbes (pas de surprise !), particulièrement en montagne l'euphorbe petit-cyprès. Elle est vivement colorée de noir, rouge, blanc et jaune signifiant par ces « couleurs avertissantes » qu'elle est toxique. Grignotant à longueur de journée les feuilles d'une plante vénéneuse (l'euphorbe), elle est elle même pleine de substances toxiques ! Comme chez les chenilles d'autres espèces de sphinx, elle a une sorte de queue relevée laquelle, quant à elle, est inoffensive. Comme les adultes, les chenilles présentent une grande variabilité de couleurs. Eurasiatique, il a été introduit en Amérique du nord.
Bords de chemins, de routes et de voies ferrées | Friches et broussailles | Haies et talus | Lisières et clairières | Parcs et jardins | Pelouses alpines et subalpines | Pelouses sèches montagnardes | Prairies de fauche
Cas particulier : voir commentaire
Celerio euphorbiae (Linnaeus, 1758) | Deilephila euphorbiae (Linnaeus, 1758) | Sphinx euphorbiae Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles