Renouée vivipare

Bistorta vivipara (L.) Delarbre, 1800

Classe : Equisetopsida Ordre : Caryophyllales Famille : Polygonaceae Sous-Famille : Polygonoideae Tribu : Persicarieae Genre : Bistorta

  • 424
    observations

  • 30
    communes

  • 69
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2020
Albert Christophe - Baisset Marcel - Barbe Fanny - Belle Valentin - Benyoub Abdelbaki - Bernard Pierre - Bertini Christian - Billard Gilbert - Boccon-gebeaud Camille - Bonet Richard - Bouche Michel - Brugot Didier - Bulle Tommy - Burle Jacques - Chamagne Philippe - Chapurlat Claire - Charrier Matthieu - Chaud Marcel - Corail Marc - Coulon Mireille - Coursier Cyril - Dalmas Jean-pierre - Dardanelli Laurent - Delenatte Blandine - Della-vedova Muriel - Denis Nans - Dentant Cédric - Digier Marion - Douzet Roland - Dova Emmanuelle - Drillat Bernard - Dumas Pierre - Dupuis Etienne - Durix Sylvie - Dutray Claire - Faure Joël - Fougeray Daniel - Garnier Manon - Granger Emilie - Guillet Jean - Guilloux Julien-pierre - Icardo Emmanuel - Jendoubi Samy - Lecuyer Clément - Lefrançois Olivier - Lombard Jean-françois - Magnolon Séverine - Merhan Baptiste - Merle Hugues - Michel Laurent - Mottet Jean-claude - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Nobili Vincent - Ollieu Eric - Pierre Salomez - Puissant Joël - Roche Daniel - Roger Claude - Sagot Clotilde - Salomez Pierre - Seignemartin Aurore - Senn Olivier - Terreau Alexandre - Ugo Julien - Vannard Eric - Varreau Hervé - Vincent Dominique - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

La renouée vivipare mesure de 5 à 25 cm de hauteur. La tige non ramifiée porte des feuilles longues et étroites à bord enroulé. Les feuilles se trouvant dans la partie inférieure de la tige sont longuement pétiolées et celles de la partie supérieure sont sessiles. Les fleurs blanches, rarement roses, sont rassemblées en un épi terminal muni dans sa partie inférieure de bulbilles.
Cette renouée est nommée "vivipare" car elle possède la caractéristique de se multiplier de façon végétative, asexuée. Pour cela, des bulbilles germent sur la plante dans la partie inférieure de l’inflorescence sans besoin de fécondation. Le nombre de bulbilles augmente avec l’altitude alors que le nombre de fleurs destinées à la reproduction sexuée diminue, ce qui indique que la reproduction végétative est plus importante lorsque les conditions de vie sont plus difficiles.
Pelouses alpines et subalpines | Prairies de fauche
Arctico-alpine
Bistorta bulbifera Greene, 1904 | Bistorta vivipara var. macounii (Small ex J.M.Macoun) Soják | Colubrina vivipara (L.) Montandon, 1856 | Colubrina vivipara (L.) Friche-Joset & Montandon, 1856 | Persicaria vivipara (L.) Ronse Decr., 1988 | Polygonum angustifolium D.Don, 1825 | Polygonum blancheanum Gand., 1875 | Polygonum bracteatum Spreng., 1827 | Polygonum bulbiferum Royle ex Bab., 1841 | Polygonum chevrolatii Gand., 1875 | Polygonum philippi Gand., 1882 | Polygonum viviparum L., 1753 | Polygonum viviparum var. alpinum Wahlenb., 1812 | Polygonum viviparum var. macounii (Small ex J.M.Macoun) Hultén, 1944 | Polygonum viviparum var. pseudobistorta J.Rousseau | Polygonum viviparum L. var. viviparum

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles