Alchémille glabre

Alchemilla glabra Neygenf., 1821

Classe : Equisetopsida Ordre : Rosales Famille : Rosaceae Genre : Alchemilla

  • 117
    observations

  • 23
    communes

  • 45
    observateurs

  • Première observation
    2002

  • Dernière observation
    2020
Albert Christophe - Baisset Marcel - Barbe Fanny - Benyoub Abdelbaki - Bernard Pierre - Bonet Richard - Bouche Michel - Bulle Tommy - Chaillot Lucien - Chapurlat Claire - Charron Julien - Corail Marc - Coulon Mireille - Coursier Cyril - Dalmas Jean-pierre - Delenatte Blandine - Denis Nans - Dentant Cédric - Dova Emmanuelle - Dumas Pierre - Dupuis Etienne - Evin Emmanuel - Goulet Frédéric - Guilloux Julien-pierre - Huchon Florence - Icardo Emmanuel - Jendoubi Samy - Lecuyer Clément - Lefrançois Olivier - Lombard Jean-françois - Merhan Baptiste - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Ollieu Eric - Puissant Joël - Roche Daniel - Roger Claude - Sagot Clotilde - Salomez Pierre - Seignemartin Aurore - Tournier Aïla - Vannard Eric - Varreau Hervé - Villaret Jean-charles - Wittebolle Guy

Informations sur l'espèce

L’alchémille glabre n'est pas tout à fait glabre ! Elle a des feuilles basales arrondies et lobées, dentées, glabres ou avec des poils sur les bords et les nervures à la face inférieure. Les pétioles ont souvent des poils appliqués. Les lobes sont un peu triangulaires. Ses fleurs verdâtres sans pétale ont de longs pédicelles glabres. Elle vit dans les pelouses, prairies et lieux humides.
L'alchémille coriace (Alchemilla coriacea) est pour sa part bien plus glabre, avec des tiges et des pétioles sans poil. Comme chez l'alchémille glabre, ses feuilles sont glabres mais peuvent aussi être poilues le long des nervures sur la face inférieure. Chez les alchémilles, la présence ou non de poils, leur disposition, leur localisation sont autant de caractères permettant de différentier les espèces. Pour compliquer les déterminations, les feuilles du printemps sont en général plus ou moins glabres et celles de l'été plus poilues !
Prairies de fauche | Prairies humides, mégaphorbiaies et roselières | Sources, suintements et mouillères
Eurasiatique
Alchemilla alpestris (F.W.Schmidt) Opiz, 1852 | Alchemilla effusa Buser, 1894 | Alchemilla effusiformis S.E.Fröhner, 1992 | Alchemilla lineata Buser, 1894 | Alchemilla obtusa Buser, 1894 | Alchemilla racemulosa Buser, 1893 | Alchemilla samuelssonii E.Fröhner, 1964 | Alchemilla suecica E.Fröhner, 1964 | Alchemilla tenerifolia S.E.Fröhner, 1997 | Alchemilla tenuifolia S.E.Fröhner | Alchemilla tenuifolia sensu Kerguélen, 1999 | Alchemilla truncata Tausch ex Opiz & Bercht., 1838 | Alchemilla ursina S.E.Fröhner, 1965 | Alchemilla vulgaris subsp. alpestris (F.W.Schmidt) Murb., 1895 | Alchemilla vulgaris subsp. alpestris auct. non (F.W.Schmidt) Murbeck, 1895 | Alchemilla vulgaris subsp. glabra (Neygenf.) O.Bolòs & Vigo, 1974 | Alchemilla vulgaris subsp. lineata (Buser) Gams, 1923 | Alchemilla vulgaris subsp. obtusa (Buser) Gams, 1923 | Alchemilla vulgaris var. alpestris F.W.Schmidt, 1794 | Alchemilla vulgaris var. effusa (Buser) Asch. & Graebn., 1902 | Alchemilla vulgaris var. glabra (Neygenf.) Mert. & W.D.J.Koch, 1823

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles