Mante religieuse

Mantis religiosa (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Mantodea Famille : Mantidae Sous-Famille : Mantinae Genre : Mantis

  • 110
    observations

  • 29
    communes

  • 41
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2020
Albert Christophe - Argentier Bruno - Arnaud Jean-pierre - Bertrand Nicolas - Blanchemain Joël - Bouche Michel - Bouvier Martial - Brugot Didier - Bulle Tommy - Chevaillot Fred - Combrisson Damien - Cortot Hervé - Coulon Mireille - Couloumy Christian - Coursier Cyril - Delenatte Blandine - Dova Emmanuelle - Fougeray Daniel - Goulet Frédéric - Gueguen Alain - Icardo Emmanuel - Imberdis Ludovic - Inconnu Parc National Des Ecrins - Jendoubi Samy - Jordana Régis - Lefrançois Olivier - Magnolon Séverine - Maillard Donovan - Marie Alain - Martin Jean-paul - Mottet Jean-claude - Nicolas Marie-geneviève - Papet Rodolphe - Paulet Nils - Pin Jérémie - Roche Daniel - Sagot Clotilde - Sigaud Jean - Tron François - Varreau Hervé - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

La mante religieuse arbore une couleur allant du vert au brun. La femelle de 5 à 8 cm de long dépasse largement le mâle bien plus petit. Redoutable prédatrice, elle chasse à l’affût, ses deux pattes avant repliées, prêtes à être rapidement détendues pour capturer une proie. Sa position au repos, dressée les pattes avant jointes, lui a valu sa qualification de « religieuse ». Elle vit dans les milieux ouverts bien ensoleillées.
Bien que dotée de deux ailes membraneuses repliées sous les élytres, elle ne pratique pas de grands vols. Sa tête triangulaire extrêmement mobile, ce qui est rare chez les insectes, et ses gros yeux proéminents très développés lui permettent de guetter ses proies, parfois plus grosses qu'elle, en restant parfaitement immobile. La mante religieuse est connue par le fait que la femelle a une propension à dévorer le mâle après (ou pendant !) l'accouplement. Ce n'est cependant pas systématique. La femelle émet ensuite par ses valves génitale, en même temps que ses œufs, une sorte de mousse qu'elle fixe sur un support (rameaux, pierre …). Celle-ci va durcir formant ainsi l'oothèque qui protégera les œufs.
Bords de chemins, de routes et de voies ferrées | Friches et broussailles | Haies et talus | Landes montagnardes et subalpines | Parcs et jardins | Pelouses sèches montagnardes
Paléarctique
Gryllus religiosus Linnaeus, 1758 |

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles