Libellule déprimée (La)

Libellula depressa Linnaeus, 1758

Classe : Insecta Ordre : Odonata Famille : Libellulidae Genre : Libellula

  • 120
    observations

  • 28
    communes

  • 43
    observateurs

  • Première observation
    1990

  • Dernière observation
    2024
Albert Christophe - Bence Stéphane - Bertrand Nicolas - Bouche Michel - Bouvier Martial - Brebion Geoffroy - Brugot Didier - Bunz Yoann - Chauveau Aristide - Classen Raphael - Combrisson Damien - Corail Marc - Couilloud François - Coulon Mireille - Coursier Cyril - Delenatte Blandine - Denis Nans - Dentant Cédric - Dubois Cecile - Evin Emmanuel - Fougeray Daniel - Garnier Manon - Giraud Fanny - Goulet Frédéric - Gourreau Jean-marie - Guimier Hubert - Imberdis Ludovic - Jendoubi Samy - Jordana Régis - Jose Pierre - Lefrançois Olivier - Lombard Jean-françois - Magnolon Séverine - Maillard Donovan - Marie Alain - Mesquida Estelle - Nicolas Marie-geneviève - Ollieu Eric - Papet Rodolphe - Seignemartin Aurore - Separi Constant - Vulic Lara - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

La libellule déprimée se reconnaît à son allure trapue et à son abdomen légèrement aplati. Celui-ci, bleu pour les mâles et brun-jaune pour les femelles, possède des lunules latérales jaunes. La tache noire présente à la base de chaque aile est caractéristique de l'espèce que l'on retrouve dans les eaux stagnantes à faiblement courantes. Cette pionnière des eaux même faiblement polluées est fréquente à basse altitude.
Cette libellule baroudeuse se déplace volontiers sur différentes pièces d'eau. Les mâles se perchent bien visibles en attendant l'arrivée d'une femelle ce qui déclenchera leur caractère très territorial, au moins pour la journée. La femelle réalise une ponte éxophyte c'est-à-dire qu'elle dépose ses œufs au contact de l'eau, respectant une cadence, tel un métronome, toujours sous la surveillance du mâle.
Lacs et mares
Eurasiatique
Platetrum depressum (Linnaeus, 1758)

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles