Eristale gluante

Eristalis tenax (Linnaeus, 1758)

Classe : Hexapoda Ordre : Diptera Famille : Syrphidae Sous-Famille : Eristalinae Genre : Eristalis

  • 3
    observations

  • 3
    communes

  • 2
    observateurs

  • Première observation
    2019

  • Dernière observation
    2020
Corail Marc - Nicolas Marie-geneviève

Informations sur l'espèce

De loin, cette espèce robuste de la famille des syrphes pourrait ressembler à une abeille domestique. C'est en fait une mouche déguisée, la faisant ressembler à des abeilles ou des bourdons. L'éristale gluante a de larges taches orangées, plus ou moins prononcées, sur l’abdomen. Elle a de gros yeux se touchant chez le mâle, écartés chez la femelle. Les tarses des pattes avant et médianes sont sombres. Les adultes butinent les fleurs … et ne piquent pas !
Sur leurs sites d’accouplement, le comportement vindicatif des mâles contre les intrus (abeilles, guêpes et papillons) est caractéristique. On peut confondre cette espèce avec l'éristale opiniâtre (Eristalis pertinax) chez qui les tarses des pattes avant et médianes sont jaunes. C'est la larve de cette mouche qui est gluante ! Elle est nommée « ver à queue de rat ». Elle vit dans les eaux très chargées en matière organique et sa « queue » et en fait un siphon respiratoire ! Elle contribue à l'assainissement des eaux usées et polluées. C'est l'espèce de syrphe la plus répandue au monde, présente dans toutes les régions à l'exception de l'Antarctique.
Bords de chemins, de routes et de voies ferrées | Champs labourés | Fossés et canaux | Friches et broussailles | Haies et talus | Parcs et jardins | Pelouses alpines et subalpines | Pelouses sèches montagnardes | Prairies de fauche | Prairies humides, mégaphorbiaies et roselières
Mondiale
Eristalomya tenax (Linnaeus, 1758) | Musca tenax Linnaeus, 1758

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles