• 334
    observations

  • 22
    communes

  • 69
    observateurs

  • Première observation
    1978

  • Dernière observation
    2020
Albert Christophe - Albert Raymond - Arcier Roland - Argentier Bruno - Argentier Denis - Armand Georges - Auffray Yannick - Baisset Christian - Baisset Marcel - Barnabe Pascal - Bazoge Claire - Bellon Hubert - Bellon Jean-pierre - Benyoub Abdelbaki - Bernard Pierre - Bertrand Nicolas - Bonet Richard - Bouvier Michel - Brugot Didier - Brun André - Burle Jacques - Caullireau Guy - Charrier Matthieu - Chevalier Robert - Chevallier Thierry - Corail Marc - Coursier Cyril - Dalmas Jean-pierre - Daumark Bruno - Dentant Cédric - Dova Emmanuelle - Dumas Pierre - Dupuis Etienne - Durand Gilbert - Faure Joël - Fougeray Daniel - Fourrat Gérard - Garnier Manon - Girardon Christophe - Giraud Fanny - Gonsolin Gabriel - Goulet Frédéric - Icardo Emmanuel - Imberdis Ludovic - Jendoubi Samy - Lanquetuit Anne-marie - Lepape Claude - Magnolon Séverine - Manzon Louis - Martin Jean-paul - Merhan Baptiste - Michaud Roger - Mottet Jean-claude - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Nicollet Jean-pierre - Ollieu Eric - Payan Simon - Peyron Joseph - Roche Daniel - Roger Claude - Salomez Pierre - Salvador Hervé - Semiond Patrice - Sigaud Jean - Thomas Bernard - Ugo Julien - Varreau Hervé - Vincent Dominique

Informations sur l'espèce

Cet arbuste rampant formant souvent des plaques a des feuilles d'un vert sombre et mat, en forme de petites écailles imbriquées le long des rameaux. Celles des jeunes rameaux sont linéaires et étalées. Les « baies », en réalité des cônes aux écailles charnues, sont bleu foncé et pruineuses. C'est un arbuste très courant sur le territoire des Écrins qui affectionne les pentes chaudes et sèches des étages montagnard et subalpin.
Le genévrier sabine a une odeur bien caractéristique se dégageant en froissant les feuilles, glanduleuses sur le dessus, ou aux heures chaudes de la journée. Chez cet arbuste, fleurs mâles et femelles sont distinctes. Elles sont à maturité en avril mai et les mâles lâchent leur pollen en grande quantité à cette période. Comme tout le reste de la plante, les fausses baies sont très toxiques. Le sabine secrète en effet des composés mortels même à faible dose et dont l'un est connu pour son principe abortif.
Dalles rocheuses | Forêts de chênes blancs et de pins sylvestres | Landes montagnardes et subalpines | Pelouses alpines et subalpines | Pelouses sèches montagnardes
Eurasiatique
Juniperus sabina var. cupressifolia Aiton, 1789 | Juniperus sabina var. humilis Endl. | Juniperus sabina var. macrocarpa St.-Lag., 1889 | Juniperus sabina var. tamariscifolia Aiton, 1789 | Sabina officinalis Garcke, 1858 | Sabina vulgaris Antoine, 1857

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles