Gentiane jaune

Gentiana lutea L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Gentianales Famille : Gentianaceae Genre : Gentiana

  • 374
    observations

  • 41
    communes

  • 84
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2018
Abdelbaki Benyoub - Balme Joseph - Baptiste Merhan - Bellon Hubert - Bernard Christol - Bernard Nicollet - Bernard Pierre - Bianco Gilbert - Blandine Delenatte - Blandine Roland - Bouvier Michel - Brugot Didier - Bruno Tessier Du Cros - Christian Bertini - Christophe Albert - Christophe Girardon - Claire Bazoge - Claire Broquet - Claude Roger - Clotilde Sagot - Cynthia Llas - Cyril Coursier - Cédric Dentant - Damien Combrisson - Daniel Fougeray - Daumark Bruno - Dominique Vincent - Drillat Bernard - Dumas Pierre - Edouard Chas - Emmanuel Icardo - Emmanuelle Dova - Eric Ollieu - Eric Vannard - Etienne Dupuis - Fiat Denis - Frédéric Goulet - Gabriel Gonsolin - Gilbert Billard - Hugues Merle - Hélène Quellier - Jean-charles Villaret - Jean-christophe Gattus - Jean-philippe Telmon - Jean-pierre Dalmas - Joël Faure - Joël Puissant - Julien Charron - Julien Ugo - Julien-pierre Guilloux - Jérôme Foret - Ludovic Imberdis - Manon Garnier - Marc Corail - Marcel Baisset - Marie-geneviève Nicolas - Marion Digier - Martial Bouvier - Matthieu Charrier - Melissa Vegara - Michel Bouche - Mireille Coulon - Mottet Jean-claude - Muriel Della-vedova - Nicollet Bernard - Olivier Lefrançois - Olivier Senn - Olivier Warluzelle - Parc National Des Ecrins - Pierre Bernard - Pierre Dumas - Pierre Salomez - Puissant Joël - Richard Bonet - Robert Chevalier - Roger Claude - Régis Jordana - Salomez Pierre - Samy Jendoubi - Séverine Magnolon - Thierry Chevallier - Thomas Bernard - Tommy Bulle - Tron Lucien

Informations sur l'espèce

Ce n'est pas par hasard que cette plante vivace, à la tige robuste et creuse pouvant atteindre plus d'un mètre, s'appelle communément la grande gentiane. Elle porte en son extrémité plusieurs étages de fleurs jaunes groupées en verticilles soutenus par une paire de larges feuilles opposées. Cette espèce se distingue de ses congénères du genre, non seulement par sa couleur mais aussi à cause du découpage en 5 ou 6 pétales de sa corolle.
Sa racine robuste et charnue, profondément enterrée dans le sol représente une manne pour les amateurs d'alcools et d'apéritifs maison. Encore faut-il la reconnaître à coup sur grâce à ses feuilles opposées tout au long de sa tige.
Pelouses alpines et subalpines | Prairies de fauche | Lisières et clairières
Européenne
Asterias lutea (L.) Borkh., 1796 | Gentiana lutea var. lutea L., 1753 | Gentiana lutea var. puncticulata Ronniger | Gentiana major Bubani, 1897 | Lexipyretum luteum (L.) Dulac, 1867

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles