Orvet fragile

Anguis fragilis Linnaeus, 1758

Ordre : Squamata Famille : Anguidae Genre : Anguis

  • 323
    observations

  • 34
    communes

  • 86
    observateurs

  • Première observation
    1976

  • Dernière observation
    2018
Albert Christophe - Arcier Roland - Argentier Bruno - Armand Georges - Baisset Christian - Baisset Marcel - Bellon Hubert - Benyoub Abdelbaki - Bernard Pierre - Bertini Christian - Besson Jérémy - Bianco Gilbert - Blanchemain Joël - Bouche Michel - Bourgeois Marie-geneviève - Boutonnet Vincent - Briotet Daniel - Brochier Laure - Brugot Didier - Bulle Tommy - Caron Matthieu - Caullireau Guy - Chamagne Philippe - Charron Julien - Chaud Marcel - Combrisson Damien - Corail Marc - Cortot Hervé - Couloumy Christian - Coursier Cyril - Delcourt Alain - Derivaz Serge - Digier Marion - Dova Emmanuelle - Drillat Bernard - Duguet Rémi - Dumas Pierre - Dupuis Etienne - Durand Noémie - Durix Sylvie - Dussert Julie - Estachy Robert - Evin Emmanuel - Farny Gilles - Faure Joël - Faure Robert - Fiat Denis - Fougeray Daniel - Fourrat Gérard - Francou Michel - Garnier Manon - Girardon Christophe - Gonsolin Gabriel - Goulet Frédéric - Imberdis Ludovic - Inconnu Parc National Des Ecrins - Jendoubi Samy - Jordana Régis - Joubert Eric - Joubert Thierry - Lombard Jean-françois - Magnolon Séverine - Martin Jean-paul - Meeus Guido - Mottet Jean-claude - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Nicollet Jean-pierre - Nobili Vincent - Papet Rodolphe - Payan Simon - Pin Jeremie - Puissant Joël - Ripert Henry - Rippert Laurent - Roger Claude - Sagot Clotilde - Salomez Pierre - Sigaud Jean - Telmon Jean-philippe - Thomas Bernard - Tourillon Olivier - Tron Lucien - Vincent Dominique - Warluzelle Olivier - Zugmeyer Victor

Informations sur l'espèce

L'orvet fragile est le seul lézard apode de France. Malgré sa silhouette de petit serpent, il s'en distingue d'emblée par sa taille assez petite qui dépasse rarement 40 cm et la présence de paupières mobiles. On le trouve dans les jardins, les prairies, les haies, les boisements et les pelouses parfois jusqu'à 2 000 m d'altitude où il se nourrit principalement de vers et de limaces.
Son surnom de « serpent de verre » et son nom scientifique fragilis renvoient au fait qu'il est capable d'autotomie en se sectionnant la queue lorsqu'il est menacé par un prédateur.
Bâtis | Bords de chemins, de routes et de voies ferrées | Clapiers d'épierrement | Eboulis | Forêts d'ubac | Forêts de chênes blancs et de pins sylvestres | Fossés et canaux | Friches et broussailles | Haies et talus | Landes montagnardes et subalpines | Lisières et clairières | Litière forestière et humus | Pelouses alpines et subalpines | Pelouses sèches montagnardes | Prairies de fauche | Rochers embroussaillés
Européenne
Anguis eryx Linnaeus, 1758 | Anguis gamma Roubieu, 1825 | Anguis orvet Lacepède, 1789 | Anguis vittatus Gravenhorst, 1832 | Dorfia punctata Gray, 1839

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles