Étourneau sansonnet

Sturnus vulgaris Linnaeus, 1758

Classe : Aves Ordre : Passeriformes Famille : Sturnidae Genre : Sturnus

  • 464
    observations

  • 40
    communes

  • 72
    observateurs

  • Première observation
    1977

  • Dernière observation
    2018
Albert Raymond - Arcier Roland - Argentier Bruno - Armand Georges - Baisset Christian - Baisset Marcel - Barbe Fanny - Bellon Jean-pierre - Bernard Pierre - Bianco Gilbert - Blanchemain Joël - Bouche Michel - Brochier Laure - Brugot Didier - Cazin Antoine - Charron Julien - Christian Couloumy - Combrisson Damien - Corail Marc - Cortot Hervé - Coulon Mireille - Couloumy Christian - Coursier Cyril - Daumark Bruno - Derivaz Serge - Drillat Bernard - Duguet Rémi - Dulac Olivier - Dumas Pierre - Durand Gilbert - Evin Emmanuel - Farny Gilles - Faure Alain - Faure Joël - Faure Robert - Fiat Denis - Foret Jérôme - Fougeray Daniel - Fourrat Gérard - Francou Michel - Gillot Philippe - Gonsolin Gabriel - Goulet Frédéric - Imberdis Ludovic - Inconnu Parc National Des Ecrins - Jonard Aymeric - Joubert Thierry - Jouglard Yves - Juge Joseph - Keck Robert - Letinois Frédéric - Magnolon Séverine - Martin Jean-paul - Meeus Guido - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Papet Rodolphe - Paulet Nils - Payan Simon - Peyron Joseph - Puissant Joël - Robin Pierre - Sagot Clotilde - Salle Bernard - Telmon Jean-philippe - Thomas Bernard - Thomas Sylvie - Tron Lucien - Vannard Eric - Varreau Hervé - Vincent Dominique - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

L'étourneau sansonnet et un gros passereau. De la taille d'un merle, il ne lui ressemble que superficiellement. Le bec est jaune avec une base bleuâtre. Le plumage est noir, parsemé de petites taches claires sur le corps. Le dos et la tête sont marqués par des reflets vert métallique tandis que ce sont des reflets pourpres qui marquent la poitrine. Enfin, mâles et femelles ont un plumage identique.
Ce n’est pas un grand montagnard et on le trouve en bas de vallée où il niche dans des cavités de toutes sortes. Une fois la reproduction finie, les étourneaux sansonnets se rassemblent déjà, car ce n'est rien de dire que cet oiseau est sociable tant il aime la présence de ses congénères. C'est durant l’hiver qu'on pourra admirer les nuées d’étourneaux pouvant contenir plusieurs milliers d'individus. Ces vols typiques forment une masse mouvante, à la manière d'un banc de sardines, et dessinent des arabesques dans le ciel. Ce comportement leur permet d'échapper à leurs prédateurs, tel le faucon pélerin, tant il est difficile dans cette masse grouillante de se focaliser sur un individu.
Bâtis | Champs labourés | Friches et broussailles | Haies et talus | Parcs et jardins | Prairies de fauche | Prairies humides, mégaphorbiaies et roselières | Reposoirs des troupeaux domestiques | Sols des milieux ouverts | Vergers et vignes
Subcosmopolite
Aucun synonyme pour ce taxon

Audio (1)


Etourneau sansonnet

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles