Torcol fourmilier

Jynx torquilla Linnaeus, 1758

Classe : Aves Ordre : Piciformes Famille : Picidae Genre : Jynx

  • 737
    observations

  • 46
    communes

  • 88
    observateurs

  • Première observation
    1976

  • Dernière observation
    2017
Abdulhak Sylvain - Albert Christophe - Albert Raymond - Arcier Roland - Armand Georges - Baisset Christian - Baisset Marcel - Barbe Fanny - Bellon Hubert - Bellon Jean-pierre - Bernard Pierre - Besancon Thierry - Bianco Gilbert - Billard Gilbert - Boitier Simone - Bouche Michel - Bourgeois Marie-geneviève - Briotet Daniel - Broquet Claire - Brugot Didier - Brugot Rémi - Brun André - Burle Jacques - Calvet Claire - Cavitte Gaëtan - Charron Julien - Chevalier Robert - Clamens Alex - Combrisson Damien - Corail Marc - Cortot Hervé - Coulon Mireille - Couloumy Christian - Coursier Cyril - Daumark Bruno - Deroussen Fernand - Dettwiller Jacques - Digier Marion - Dova Emmanuelle - Drillat Bernard - Dumas Pierre - Durand Gilbert - Evin Emmanuel - Farny Gilles - Faure Alain - Faure Joël - Fiat Denis - Fougeray Daniel - Fourrat Gérard - Francou Michel - Garcin Roger - Gillot Philippe - Gonsolin Gabriel - Goulet Frédéric - Imberdis Ludovic - Inconnu Parc National Des Ecrins - Jendoubi Samy - Jonard Aymeric - Joubert Eric - Joubert Thierry - Jouglard Yves - Juge Joseph - Lecourtier Christiane - Lefrançois Olivier - Lepoivre Christophe - Magnolon Séverine - Maillet Thierry - Marie Alain - Martin Jean-paul - Meeus Guido - Nicolas Marie-geneviève - Nicollet Bernard - Nicollet Jean-pierre - Nouailhat Alexis - Papet Rodolphe - Paulet Nils - Pelleau Eric - Puissant Joël - Roger Claude - Sagot Clotilde - Sigaud Jean - Telmon Jean-philippe - Thomas Bernard - Thomas Sylvie - Tron Lucien - Vannard Eric - Varreau Hervé - Vincent Dominique

Informations sur l'espèce

Le torcol fourmilier est un oiseau de la famille des picidés au dessus gris et brun moucheté de noir et de gris, à la gorge ocre et au ventre blanc crème, tachetés de noir. Il a de grandes bandes sombres au niveau de l'oeil ainsi qu'une sur le dos. La parfaite tenue pour passer inaperçu sur les branches d'un arbre ! Migrateur, il fait entendre son chant sonore et nasillard dès avril dans les vergers, bocages et bois jusqu'à 1 800 m.
Cet oiseau doit son nom à sa manière d'étirer et de tordre son cou dans différentes circonstances : parades nuptiales, alertes, où il l'allonge et le tord alors démesurément en hérissant une crête de plumes. Fourmilier car il se nourrit principalement de fourmis qu'il attrape au sol ou dans les crevasses de troncs, à l'aide d'une longue langue collante. S'il niche dans les cavités d'arbres, il ne les fore pas lui-même comme les autres picidés desquels il se distingue d'ailleurs de bien des façons : il n'est pas plus gros qu'une grive, a un vol peu onduleux et ne grimpe pas le long des troncs en s'appuyant sur sa queue. Un original !
Lisières et clairières | Parcs et jardins | Vergers et vignes
Subcosmopolite
Jynx torquilla torquilla Linnaeus, 1758 | Jynx torquilla tschusii Kleinschmidt, 1907

Audio (2)


Torcol fourmilier

Sizerin flammé

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles