Sonneur à ventre jaune

Bombina variegata (Linnaeus, 1758)

Classe : Amphibia Ordre : Anura Famille : Bombinatoridae Genre : Bombina

  • 305
    observations

  • 11
    communes

  • 39
    observateurs

  • Première observation
    1977

  • Dernière observation
    2017
Titre Auteur
La plaine des sonneurs Parc national des Ecrins
Description :
A Embrun, la plaine du Roc abrite une importante population de sonneurs à ventre jaune. Ce petit crapaud, rare et protégé, fait l'objet de suivis, de mesures de protection et d'actions de sensibilisation grâce à l'implication de tous les partenaires concernés.
Date : 2014-04-20
Albert Christophe - Bernard Pierre - Bertrand Nicolas - Bonet Richard - Brebion Geoffroy - Bresson Olivier - Briaudet Pierre-emmanuel - Briotet Daniel - Brochier Laure - Bulle Tommy - Catinot Joël - Classen Raphaël - Combrisson Damien - Corail Marc - Coulombier Justine - Coulon Mireille - Couloumy Christian - Coursier Cyril - Delcourt Alain - Derivaz Serge - Dubois Cecile - Dudouet Céline - Duguet Rémi - Dumas Pierre - Durix Sylvie - Emmery Brigitte - Evin Emmanuel - Francou Michel - Gagnaire Gilles - Imberdis Ludovic - Joly Lea - Lefrançois Olivier - Martin Jean-paul - Noblet Jean-françois - Patin Thomas - Tron François - Varreau Hervé - Vincent Dominique - Warluzelle Olivier

Informations sur l'espèce

Lors du curage d’un « biaou », petit canal du bocage de montagne, il arrive parfois de découvrir, dans sa pelle, un petit crapaud couleur terre, assez insignifiant de prime abord. Il arrive aussi que l’animal, par réflexe de défense, adopte une posture typique, dite de « lordose ». Il affiche ainsi sa toxicité en montrant ses pattes et son ventre colorés à l’agresseur. Des dessins jaune vif marbré de noir et une pupille en coeur indiquent qu’il s’agit du sonneur à ventre jaune. Bien que petit, cet amphibien compte parmi les plus toxiques de France. Si le renard ou le chat imprudent s’essaient à le croquer, ils n’oublieront pas de si tôt le poison secrété par ses pustules dorsales.
Le sonneur est un pionnier qui colonise des petits points d’eau souvent temporaires, tels que tranchées, ornières, prairies inondées et mares peu profondes. Si ce type d’habitat lui permet d’échapper à la concurrence ou à la prédation par les poissons, en revanche, il l’expose à voir sa reproduction échouer au premier assec trop précoce. Pour palier cette précarité, les femelles fractionnent leurs pontes en divers points, tout au long de la saison. Attirées par le doux chant d’un mâle, elles ne déposeront, à chaque accouplement, que quelques oeufs. Ce faible taux de reproduction est compensé par une grande longévité, le sonneur pouvant vivre plus de quinze ans.
Non renseigné pour le moment
Non renseignée pour le moment
Bombina variegata pachypus (Bonaparte, 1838) | Rana variegata Linnaeus, 1758

Audio (1)


Chronique nature - Le sonneur à ventre jaune

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles