Véronique petit chêne, Fausse Germandrée

Veronica chamaedrys L., 1753

Classe : Equisetopsida Ordre : Lamiales Famille : Plantaginaceae Tribu : Veroniceae Genre : Veronica

  • 185
    observations

  • 33
    communes

  • 58
    observateurs

  • Première observation
    1979

  • Dernière observation
    2018
Abdelbaki Benyoub - Albert Christophe - Baptiste Merhan - Bernard Nicollet - Blandine Roland - Bruno Tessier Du Cros - Christian Bertini - Christophe Albert - Christophe Girardon - Claire Bazoge - Clotilde Sagot - Cynthia Llas - Cédric Dentant - Daniel Briotet - Daniel Roche - Dominique Vincent - Dupuis Etienne - Edouard Chas - Emmanuel Evin - Emmanuel Icardo - Emmanuelle Dova - Eric Ollieu - Eric Vannard - Frédéric Goulet - Gilbert Billard - Gilbert Durand - Guy Wittebolle - Hervé Varreau - Hugues Merle - Jean-charles Villaret - Jean-françois Lombard - Jean-pierre Dalmas - Joël Faure - Joël Puissant - Julien Charron - Julien-pierre Guilloux - Ludovic Imberdis - Marc Corail - Marcel Baisset - Marie-geneviève Nicolas - Marion Digier - Mireille Coulon - Mottet Jean-claude - Nicolas Bertrand - Olivier Senn - Olivier Warluzelle - Pascal Campagne - Pierre Bernard - Pierre Dumas - Pierre Salomez - Richard Bonet - Roger Claude - Régis Jordana - Samy Jendoubi - Sylvie Durix - Séverine Magnolon - Thierry Maillet - Tommy Bulle

Informations sur l'espèce

Cette véronique est une plante dressée de 10 à 30 cm formant de petits massifs. Ses tiges ont 2 lignes de poils bien marquées. Les feuilles ovales, dentées, fortement nervées, sessiles, atteignent 3,5 cm de long. Les fleurs à pétales bleus veinés de foncé ont une gorge blanche. Ces fleurs sont disposées en grappes lâches munies d’un pédoncule partant de la tige. Très commune, elle pousse dans les prés, les bords de chemins, les haies ou les bois plutôt frais jusqu'à 2200 m.
La véronique petit chêne (Veronica teucrium) est assez proche de la véronique germandrée (Veronica chamaedrys) avec laquelle une confusion est possible. Ses tiges avec 2 lignes de poils bien marquées et le calice des fleurs à 4 lobes (calice à 5 lobes chez la véronique germandrée) permettent de l'en différencier.
Forêts d'ubac | Haies et talus | Lisières et clairières | Pelouses alpines et subalpines | Prairies de fauche | Reposoirs des troupeaux domestiques
Eurasiatique
Cardia ciliata Dulac, 1867 | Veronica bibarbata Stokes, 1812 | Veronica chamaedrys var. pilosa Benth., 1846 | Veronica deflectans Krock., 1787 | Veronica divaricata Tausch, 1821 | Veronica ericetorum Opiz, 1825 | Veronica florida F.W.Schmidt, 1793 | Veronica glabriuscula Opiz, 1825 | Veronica hirsutissima Opiz, 1825 | Veronica inflexa Casseb. & Theob., 1849 | Veronica lamiifolia Hayne, 1813 | Veronica linastrum Arv.-Touv., 1871 | Veronica pedunculata Vahl, 1804 | Veronica petiolata Opiz, 1825 | Veronica pilosa L., 1763 | Veronica plicata Pohl, 1810 | Veronica pulchella Salisb., 1796 | Veronica rudolphiana Hayne, 1813 | Veronicella chamaedrys (L.) Fourr., 1869

Observations par classes d'altitudes

Observations mensuelles